Top 3 des espèces de poisson faciles à élever en aquaponie

Combinaison de la culture des plantes et de l’élevage des poissons dans un circuit fermé, l’aquaponie est une pratique respectueuse de l’environnement. Si vous souhaitez vous lancer dans ce domaine, sachez que tous les poissons ne se valent pas. Voici un top 3 des meilleures espèces à privilégier.

Tilapia

Le tilapia est certainement le poisson le plus répandu en aquaponie. Facile à élever, il s’adapte plus aisément à la plupart des environnements. Il est résistant à de nombreux parasites, agents pathogènes et aussi aux stress de manipulation. Il s’agit d’un poisson rustique qui a une alimentation variée. Il mange à la fois des aliments d’origine animale et végétale (omnivore). Le tilapia est comestible, et a le mérite d’être savoureux et délicieux. Pour son élevage, il nécessite une température comprise entre 28 et 30 °C et un pH (potentiel hydrogène) de 6,4 à 8,7.

Poisson-chat

Également appelé silure, le poisson-chat peut être nourri avec des aliments à base d’insectes, de plantes et aussi d’autres poissons. C’est l’un des poissons les plus faciles à élever pour les débutants en aquaponie. Après un certain temps d’adaptation aux réservoirs, le silure grandit assez vite. C’est une espèce à croissance rapide. Elle peut peser 1 livre (453,592 grammes) en 18 mois en moyenne. D’ailleurs, elle présente l’avantage d’être très riche en vitamine D. Le poisson-chat préfère des températures comprises entre 15 et 30 °C et une gamme de pH entre 7 et 8,4.

Poisson rouge

Si vous recherchez le meilleur poisson ornemental pour votre aquaponie, le poisson rouge est une valeur sûre. C’est une espèce de poisson particulièrement coriace. Elle peut survivre dans un niveau relativement élevé de pollution de l’eau. De plus, dans le cadre de l’aquaponie, ce type de poisson produit beaucoup de déchets nutritifs pour les plantes. La température recommandée pour l’élevage d’un poisson rouge est de 10 à 30 °C, et le pH requis de 6 à 8. Notez toutefois qu’en raison de sa nature parasitaire, le poisson rouge n’est pas comestible.

Écrit par Germain

Germain est Diplômé en Communication journalistique, a suivi deux années d'études philosophiques et a occupé le poste de rédacteur en chef d'une revue semestrielle locale. Il a commencé la rédaction web en juillet 2018, étant actuellement chef de projet et formateur dans ce domaine.