Top 3 de serpents les plus dangereux du monde

Parmi les 3 000 espèces (à peu près) de serpents répertoriées, environ 600 sont venimeuses. Cependant, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a reconnu que seules 200 d’entre elles peuvent être dangereuses pour les humains. Découvrez ci-dessous le top 3 des serpents parmi les plus meurtriers du monde.

Le mamba noir

Le mamba noir tient son nom de la coloration de l’intérieur de sa bouche. En réalité, il a une teinte variant du gris au vert. S’il est considéré comme l’un des serpents les plus meurtriers du monde, c’est qu’il est le plus agressif de tous et le plus rapide, avec une vitesse allant jusqu’à 20 km/h. Lorsque ce reptile mord sa proie, il injecte une grande quantité de neurotoxines. Il peut ainsi tuer un être humain en moins de 2 h en l’absence de traitement immédiat. Heureusement, ce serpent ne se trouve que dans certains pays du continent africain.

Le taïpan du désert

Également appelé taïpan intérieur, le taïpan du désert est une espèce de serpents endémique de l’Australie. Il vit au cœur du désert. Contenant des niveaux relativement élevés de neurotoxines, le venin de ce reptile est très virulent, à savoir 25 fois plus toxique que celui du cobra. Une seule morsure neurotoxique peut ainsi tuer pas moins de 100 personnes. Pour cause, son venin paralyse directement les muscles, ralentit la respiration tout en provoquant des hémorragies dans les vaisseaux sanguins. Cette espèce est toutefois du genre timide. Elle ne s’approche pas trop des êtres humains.

La vipère heurtante

Mesurant environ 2 m de long, la vipère heurtante est loin d’être la plus grande espèce de serpent qui soit. Pourtant, c’est le reptile à l’attaque la plus rapide du monde. De plus, avec sa couleur semblable à celle du sable, il se camoufle dans le désert. Avec ses crochets de 2 cm, il est capable de provoquer des hémorragies internes quasi irréversibles. Heureusement, il prend la peine de prévenir sa proie de son attaque, car il émet des sifflements facilement reconnaissables. De plus, il ne vit qu’en Arabie et en Afrique.

 

Écrit par Germain

Germain est Diplômé en Communication journalistique, a suivi deux années d'études philosophiques et a occupé le poste de rédacteur en chef d'une revue semestrielle locale. Il a commencé la rédaction web en juillet 2018, étant actuellement chef de projet et formateur dans ce domaine.