Assurer son animal de compagnie : Comment ça fonctionne et que regarder avant de souscrire ?

Les soins vétérinaires devenant de plus en plus onéreux, il peut être intéressant de souscrire une assurance pour votre animal de compagnie. Qu’il s’agisse d’un chien, d’un chat, d’une tortue, un lapin, etc., une mutuelle santé pour animaux lui permettra de recevoir tous les soins nécessaires en cas de maladie ou de blessure.

Vous aurez ainsi l’esprit tranquille, car vous saurez que vous pourrez toujours faire soigner votre animal de compagnie même si la facture vétérinaire est très élevée.

Comment fonctionne l’assurance santé animaux ?

Pour souscrire une assurance animaux, la première étape à franchir est de trouver un assureur proposant une offre adaptée à vos besoins et à votre budget. Choisissez un établissement de confiance tel que Solly Azar pour bénéficier d’un excellent rapport qualité prix.

À noter qu’à la différence de la garantie responsabilité civile pour animaux de compagnie, qui peut d’ailleurs être incluse dans votre assurance habitation, la mutuelle santé pour animaux n’est pas obligatoire, bien que fortement recommandée. Vous pourriez en avoir grand besoin avec les trois races de chiens suivantes : Bouledogue français, Cocker anglais et Shar-peï.

Nous vous conseillons de trouver un spécialiste de l’assurance animaux pour couvrir les dépenses nécessaires à la vaccination et au traitement des éventuelles maladies. Cette couverture reste très utile pour protéger votre animal de compagnie en cas d’accident ou de problème de santé.

En plus, concurrence oblige, les assureurs proposent des tarifs de plus en plus abordables. En général, vous avez le choix entre différentes formules. N’oubliez pas de vérifier les modalités de souscription de l’assurance animaux avant de signer le contrat.

Lire cet article :   Illusion optique : seulement 1 % des personnes peuvent repérer deux chats cachés dans cette image vintage

La plupart des animaux de compagnie assurés sont des chats à l’heure actuelle. Sans surprise, les chiens occupent la seconde place. Toutefois, beaucoup d’assureurs proposent des contrats pour les cochons d’Inde, les lapins ainsi que les nouveaux animaux de compagnie ou NAC (reptiles, furets, perroquets, chinchillas, tortues, etc.).

À savoir que certaines compagnies d’assurance exigent un bilan santé effectué par un vétérinaire. En tout état de cause, il faut tenir compte des paramètres suivants pour bien choisir la police d’assurance pour votre animal de compagnie :

  • L’âge de l’animal
  • La race s’il s’agit d’un chien
  • Le délai de carence
  • La franchise et le plafond de garantie

À quel âge faut-il assurer un animal de compagnie ?

Il n’existe pas d’âge spécifique pour assurer votre animal de compagnie. Cependant, il est recommandé de le faire dès que possible. Très souvent, les compagnies d’assurance pour animaux hésitent à assurer les animaux de moins de 3 à 6 mois.

D’où l’importance de comparer les offres avant de vous décider. Il faut quand même noter que plus vous attendez pour souscrire une assurance pour votre compagnon animalier, plus il est probable que des conditions préexistantes ne soient pas couvertes par l’assurance.

De surcroît, les primes d’assurance ont tendance à augmenter avec l’âge de l’animal. D’ailleurs, les assureurs sont en droit de fixer un âge limite qui va généralement de 10 ans pour un chien. Quant aux animaux déjà sous contrat, ils restent assurés tout au long de leur vie. Il est donc préférable de souscrire une assurance animaux dès que possible afin de bénéficier d’une couverture complète et moins chère.

Lire cet article :   Attention, si votre chien a ces symptômes, il souffre en silence : faites quelque chose !

Quelles sont les garanties d’une assurance animaux ?

Avant tout, il faut noter que la prise en charge varie généralement entre 50 et 100% des frais vétérinaires. Ensuite, les garanties incluses dans le contrat dépendent naturellement de la formule choisie. Une offre basique couvre souvent les dépenses inhérentes aux maladies, aux accidents et aux opérations chirurgicales.

Cela comprend les consultations, les radios et les analyses sanguines. Bien évidemment, les frais de médicaments prescrits peuvent être remboursés, ainsi que les médicaments en vente libre dans certains cas.

En outre, les frais d’hospitalisation peuvent être couverts, y compris les soins intensifs, les examens et les traitements. C’est aussi le cas des tests de laboratoire, dont les analyses de sang et d’urine.

En ce qui concerne la chirurgie, votre assureur peut prendre en charge les interventions telles que la stérilisation, la castration, la correction de l’orthopédie, etc. Pour bénéficier d’un remboursement des frais liés aux vaccins, aux dépistages, aux soins dentaires et aux traitements alimentaires, il faut souvent souscrire une formule premium qui implique des cotisations plus élevées.

abonnement facebook wk-vet
Publié par Bénédicte Vilaine